Les élus de Terra

Forum pour joueurs nantais (Warhammer Battle, 40K, JdR)
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 le grand empire de Cathay

Aller en bas 
AuteurMessage
arti

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 30
Localisation : Nantes, et Rezé de temps en temps
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: le grand empire de Cathay   Mer 31 Déc - 17:24

Salut et bonne année un peu en avance,
comme je l'ais déjà dit à certains j'ai commencé à rédiger des textes sur l'Etrême Orient de Warhammer. Voila le premier, vu le peu d'informations qu'on a dessus j'ai largement improvisé, et j'espère que ça ouvrira des portes pour le jeu de rôle.

Le Grand Empire de Cathay


I – Société et population
Né 1800 ans avant Sigmar, le grand Empire de Cathay est le plus vieil Etat humain encore vivant. Fondé par l’Empereur dragon face à l’invasion du chaos qui menaçait son pays, Cathay est la preuve qu’un génie humain a pu naître indépendamment des elfes et des nains. Dans toute leur histoire les cathaysiens ont dû apprendre à se débrouiller seul pour survivre et ont créer une société unique, fondée sur toutes les forces vives de la Nation mais incapable de se tourner vers l’extérieur.

Toute la culture et la philosophie de Cathay se base sur un dualisme séparant l’esprit du corps et rendant impossible l’influence de l’un sur l’autre. L’utilisation conjointe de ces deux principes est nécessaire à toutes les formes de vie mais ils obéissent tous deux à des principes très différents, et c’est leur proportion au sein d’un même être qui fait toutes ses particularités. A partir de cette idée les cathaysiens ont pu développer le principe que tant que la substance spirituelle reste intacte, l’homme n’est pas corrompu. Les mutants sont ainsi bien mieux acceptés à Cathay que n’importe où ailleurs et le voyageur impérial aura sans doute un hoquet de surprise en constatant que son guide possède un troisième œil ou des pattes de lézard, mais cela ne signifie pas pour autant que le chaos y est plus toléré. Simplement on pense qu’une mutation peut être utile si elle bien contrôlée, c’est-à-dire si elle n’atteint que le corps et pas l’esprit. Par contre tous ceux qui présentent le moindre signe de trouble mental sont immédiatement et impitoyablement éliminés.

Le premier Empereur était lui-même un mutant, son titre étant une évocation directe de ses capacités. Après avoir unifier le pays et repousser la grande invasion des maraudeurs, il entreprit la construction d’une immense muraille sur toute la frontière nord qui protégea durablement l’Empire pendant quatre millénaires, bien qu’elle soit en partie effondrée. C’est aussi lui qui est à l’origine du système politique qui prévôt encore de nos jours. Cathay est le royaume humain le plus centralisé et le plus organisé du monde, sans doute parce qu’il n’y a pas de classe sociale semblable à la noblesse. La population se divise en quatre peuples, auxquels viennent s’ajouter la famille impériale et tous les hors classes : les lettrés, les paysans, les bourgeois, et les militaires. Chaque classe possède des statuts et des règles différents de ceux des autres et sont tenus de porter des vêtements appropriés et distinctifs. Néanmoins, le système de classe est nettement plus mobile que ce qu’on pourrait croire

Le peuple Lettré est de loin le plus favorisé. Pour se garantir une administration efficace et dévouée, l’Empereur dragon les a mis au sommet de la pyramide sociale et leur a donné de nombreux privilèges comme l’absence d’impôts à payer. Les lettrés sont payés directement par l’Etat et en gère toutes les parties. Leurs rangs accueillent les ministres, les gouverneurs de province, les universitaires, mais aussi des bibliothécaires, des archivistes, des financiers… bref tout ce qui est nécessaire à une administration pour fonctionner. C’est un statut prestigieux mais il comporte aussi son poids prolétarien sous la forme des milliers d’étudiants du collège impérial et de tous ses petits fonctionnaires qui vivent au fond de leur province. Par ailleurs chaque grade implique des responsabilités et un rang qu’il faut tenir ce qui amène de nombreux lettrés à pratiquer la corruption pour arrondir leur fin de mois. Ce statut est accessible sur concours et en théorie atteignable par tous. Il s’échelonne sur trois niveaux (Licencié, Maître, Docteur), chacun transmissible à la descendance mais au niveau inférieur. En théorie n’importe quelle famille de lettrée finit donc par retourner dans une classe inférieure si personne ne passe de concours. Néanmoins il est évidemment plus facile pour le fils de Docteur de l’obtenir que l’enfant issu de la paysannerie

Au contraire le peuple militaire est complètement fermé sur lui-même. On ne peut que naître soldat et on le reste toute sa vie. Le rôle de ces hommes est de défendre l’Empire au péril de leur vie. Conservatrice au possible l’armée cathaysienne est nettement inférieure à ce qu’on pouvait attendre d’elle vue sa taille et son ancienneté. Par exemple, bien que Cathay maîtrise la poudre depuis au moins aussi longtemps que l’Empire si ce n’est plus, on ne l’a jamais utilisée lors des combats. L’armée privilégie la discipline et l’obéissance aux aînés ce qui la rend incapable de la moindre initiative. En fait Cathay compte plus pour sa défense sur son réseau de forteresse et sur sa supériorité numérique que sur une armée mobile et capable d’agir où elle le souhaite. L’armée a un statut à part dans l’Empire de Cathay, elle a un rôle plutôt valorisé et quelques privilèges mais ne peut pas se mélanger aux autres classes qui ont ainsi tendance à s’en défier.

Le peuple paysan regroupe tous ceux qui possèdent ou travaillent la terre. Leurs rangs incluent les grands et les petits propriétaires terriens, les bergers, les travailleurs saisonniers, les mineurs, les bûcherons, et les charbonniers. Par définition un paysan est un homme libre, c’est-à-dire qu’il ne peut appartenir à personne, même le dernier des travailleurs saisonnier est autorisé à laisser tomber son employeur quand il le désire. D’après la légende l’Empereur dragon aurait réussi à unifier l’empire en donnant ce droit aux paysans qui se seraient tous ralliés à sa bannière. La vision idyllique des lettrés présente un paysan qui possède et cultive sereinement sa terre mais dans les faits la majorité dépend de grands propriétaires qui les paient souvent à la quantité de travail effectué en une journée, ce qui donne une vision assez industrieuse de l’agriculture. Tous les paysans sont néanmoins tenus de vivre à la campagne et les propriétaires vivent ainsi sur leurs terres. Le territoire est séparé en districts, qui regroupent entre trois et dix villages, sous la responsabilité d’un lettré qui a autant pour tâche de récolter les impôts que de promouvoir le développement technique de l’agriculture.

A l’origine la bourgeoisie représente tous ceux qui ne travaille pas la terre, qu’ils vivent ou non à la ville. Depuis l’ouvrier jusqu’au propriétaire d’industrie, en passant par l’épicier, l’artisan, et le marchant tous sont des bourgeois. Le passage de la classe paysanne à bourgeoise et inversement est extrêmement facile légalement parlant puisqu’il suffit de demander l’autorisation à un lettré qui la donnera rapidement, quitte à verser une petite prime. Néanmoins ce passage est aussi très dangereux et de nombreux paysans ont rejoint les hors classes fautes d’avoir pu trouver du travail. Les bourgeois ne sont pas libres, ils peuvent se vendre à quelqu’un d’autre pendant une durée déterminée par contrat en échange d’un salaire ou d’un logement et ne peuvent alors pas en sortir avant expiration de son temps de travail. Il s’agit d’une classe laissée à elle-même qui doit payer un impôt fixe, indépendant de l’argent réellement gagnée par l’individu, ce qui amène beaucoup de bourgeois à se réunir dans des organisation où ils se soutiennent les uns les autres. Tout comme la campagne, la ville est très industrieuse et surpeuplée, à tel point qu’on y entend en permanence un bruit de fond issu du travail de tous ces gens.

Les Hors classes représentent tous les vagabonds, mendiants, moine, esclaves, étrangers, ou non humains qu’on peut trouver dans les rues et sur les routes de Cathay. Ces hommes vivent en dehors de la société cathaysienne et sont donc complètement dépourvu de droits et de devoirs. Dans un cas (celui des vagabonds ou des mendiants) c’est plutôt un inconvénient mais les skavens et les ogres ont parfaitement su en profiter.


Pour les cathaysiens, la femme se caractérise par une substance spirituelle plus faible. Alors que chez l'homme les deux substances sont à l'état d'équilibre, la substance corporelle domine globalement la femme. Ce ne veut pas dire non plus que les femmes sont toutes stupides mais elle possède un sens plus pratique que les hommes et une moindre capacité à entrevoir des problèmes métaphysiques ou ayant une importance sur le long terme. Du coup cela implique une relégation des femmes à des domaines plus pratiques ou terre à terre notamment la gestion de l'univers domestique. Par exemple les femmes lettrées travaillent rarement dans les universités ou les bibliothèques, on pense qu'elles sont beaucoup plus à leur place dans la gestion des provinces, à s'occuper des routes, des impôts, des réparations.... De la même façon on trouve un grand nombre de femmes soldats qui occupent des postes d'infirmières ou de cantinières, mais il y en a aussi beaucoup qui sont envoyées combattre en première ligne. Par contre elles ont bien plus de mal à obtenir des postes d'officiers ou de stratèges.

En théorie l’Empereur détient le pouvoir absolu. Il dirige seul, choisit ses ministres, se marie avec qui il le souhaite, contrôle les armées, dirigent le pays…. Dans les faits il reste dépendant de tous ses fonctionnaires qui le connaissent parfois depuis la naissance et possèdent toute la connaissance nécessaire à la gestion du pays. Par ailleurs il ne peut pas révoquer les décisions de ses ancêtres sauf circonstances exceptionnelles et se retrouve donc coincer par des choix du passé. De plus l’Empereur ne peut être issu que de la famille impériale mais comme la belle-famille intègre celle du mari et que l’Empereur peut se marier avec autant de femmes qu’il le désire, la liste est souvent longue et les intrigues de palais multiples. Certaines dynasties ont ainsi répandu la pratique de l’élimination de toutes les concurrences potentielles, tandis que d’autres n’ont pas hésité à chercher des alliés parfois assez inattendu, pour le plus grand bonheur du clan Eshin, parfaitement intégré à cette politique de l’ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cuire-latex-et-co.skyrock.com/1.html
 
le grand empire de Cathay
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les élus de Terra :: Jeux de Rôle :: Warhammer V2-
Sauter vers: